Article 0
514.792.2754

Mon histoire d’amour avec l’eucalyptus

Mon histoire d’amour avec l’eucalyptus

Le tout commence à l’époque où mon frère était une minuscule brindille et que mes parents me surnommaient Toupie, le premier surnom d’une longue lignée, s’en est suivi de Mari-Cla-Üde par ma tante France, ( une designer d’intérieur aux allures de poète qui te transforme ton appart miteux aux allures d’un décor de vogue magazine). Début de la vie adulte, c’est la coolitutide MC qui a pris le dessus, maintenant je suis hybride au niveau des surnoms chacun y trouve son compte.

L’eucalyptus est entré dans nos vies par la porte de la santé, mon p’tit frère souffrait d’asthme de façon sévère. C’était un peu terrifiant, trop petit pour prendre ses pompes, il avait un inhalateur géant pour enfant.

Ma mère avait été référée à un ostéopathe extra-or-dinaire du nom de Gilbert Sauvé, il opère toujours dans la région de Lanaudière, cet ostéopathe a donc initié notre famille au monde des huiles essentiels, sans négliger les pompes de mon frère, la synergie pour lui a été efficace. En grandissant et en évoluant, c’est l’avenue que j’ai trouvé la plus douce pour soulager les bobos du quotidien. Biensûr, l’avis d’un médecin en cas de doute ou de problème sérieux est toujours l’option santé #1.

3 utilisations méconnues de l’eucalyptus 

Revenons à notre star du jour, notre australienne indigène du nom d’eucalyptus, 600 espèces répertoriées et sûrement autant de façon de l’utiliser.

Mes coups de coeur:

  1. Pour son effet spa, j’utilise la fumigation, je fais bouillir des feuilles d’eucalyptus, la vapeur des feuilles désinfecte la pièce, ouvre les voies respiratoires et laisse une ambiance spa. J’aime bien cet ambiance dans la salle de bain quand je suis «due» pour ma routine beauté totale. Je choisis l’option douche parce que je la trouve plus efficace pour le rinçage des masques de toute sorte et l’exfoliation. L’odeur d’eucalyptus bonifie l’expérience avec son effet fraîcheur olfactif.

 

  1. Pour le bain, je le fais couler assez chaud, j’y lance les feuilles d’eucalyptus, les laissent infuser et quand le bain est à température adéquate ( pas trop chaud pas, pas trop  tiède) je m’y trempe! Pendant que le bain tiédit, j’en profite pour me faire une infusion d’herbe du moment. Ces jours-ci, j’opte pour capteur de pluie acide de la Tisanerie Mandala, situé sur la rue Ontario dans Hochelag.

Pourquoi j’ai choisi l’eucalyptus comme odeur primaire dans ma collection :

Quand j’étais à la pêche aux infos pour mes recettes, je posais mille et une questions à mon entourage pour connaître leur envie, mais surtout pour savoir ce qu’ils souhaitent comme expérience dans l’application de leur soins.  Hommes comme femmes m’ont tous répondu la même chose:  

Fraîcheur, légèreté et un odeur de spaaaaaaa! (voix d’opéra)  

Un soin réconfortant qui rafraîchit les peaux qui ont tendances à s’inflammer, décongestionne et purifie les peaux à tendance aux imperfections et un aspect lumineux non greasy… C’était mon mind-set pour la création de ma ligne. L’odeur d’eucalyptus en est l’élément clef.

Pour ceux qui souhaitent s’amuser à concocter un mélange express à la maison, voici une p’tite recette de mon cru qui bonifiera votre routine…pour les amateurs de ma crème, vous pouvez également l’appliquer de la même façon qu’un sérum, sous la crème avant le coucher de préférence:

  • 20 ml d’huile de jojoba bio et 0,2 ml d’eucalyptus radiata biologique
  • Appliquer 1 à 2 gouttes sur un visage propre, en massant légèrement matin et soir.

ENJOY MUCHO!

Faites moi part de vos feed-back !

 


 

Mon premier article de blogue

Qui est Maricla-Üde?

 

Bienvenue à bord !

C’est qui Maricla-Üde, c’est quoi ça mü, pis pourquoi elle se part un blogue elle, y’en a déjà pleins, les réponses sont ici:

Grosse année, je lance ENFIN ma ligne de soin pour la peau, un projet que je développe depuis plus de 4 ans. La vie a mis sur mon chemin plusieurs personnages inspirants qui m’ont épaulés et supportés tout au long de ce projet, de comptable à chimiste, en passant par des workshop à Seattle pour atterrir dans les champs de lavandes québécois, le parcours a été laborieux mais OH combien divertissant!  Je suis maintenant prête à vous présenter mon bébé. J’ai pas eu de shower, mais je compte faire un baptême en grandes pompes bientôt! Vous y serez tous conviés.

Un n’allant pas sans l’autre, c’est immanquable ! À chaque fois que je parle de mon projet, les gens sont intrigués et la même question revient: Wow! Mais pourquoi  t’as commencé ça, qu’est-ce qui t’a donné le déclic ?

Et à chaque fois, je vis un p’tit malaise interne, je dois faire exploser la BOMBE!  Je prononce le mot CANCER, les gens me font le regard du chat botté dans Shrek, je roule des yeux et tente de les réconforter en disant que tout est ok maintenant, une  légère lourdeur passagère s’installe sur l’ambiance…. fin du malaise dans 3, 2, 1.

J’ai eu 2 cancers dans ma vie et j’ai 33 ans, je ne fume pas, j’ai toujours eu un mode de vie relativement sain et je ne suis jamais allé au bronzage (sauf, une fois au chalet) . Premier cancer, gros choc, je suis troublée, une opération plus tard et plusieurs suivis chez le médecin, aucune chimio, merci la vie, j’ai 24 ans, la vie est belle. Par contre, le mot cancer rime avec mauvaise nouvelle et fin tragique pour plusieurs personnes, c’est le genre de truc qui te tombe dessus, qui te fait réfléchir et t’ouvre la boîte de pandore sur la richesse de la vie (awww c’est beau, j’écris bien hein! ahah) De mon côté, la machine à réfléchir s’est activée, retour aux études, OUST à la procrastination! C’est partie mon kiki!

Je me lance en esthétique, j’ai 26 ans, je suis hyper chanceuse, avant même la fin de mes études, je suis embauchée dans un salon de coiffure, assez prestigieux, qui souhaite ouvrir une aile médico-esthétique, je commence alors des formations  sur des appareils haute-technologie de l’esthétique: IPL, endermologie, microdermabrasion, bar à oxygène, ainsi de suite. Ma patronne,  généreuse, me permet d’utiliser les appareils gratuitement. On se fait à tour de rôle des soins en rajeunissements, des épilations et tout le tralala….à la lumière pulsée. Allo! la fontaine de jouvence, le rêve!

ET C’EST LÀ! Que cancer no2 fait son apparition remarqué sur mon joli et coquet décolleté, surexposé au flash de lumière du IPL, j’avais également commencer à faire des migraines ophtalmologique….le genre de migraine qui t’amène aux urgences… Je vivais des inconforts au quotidien, mais je croyais que je ne mangeais pas suffisamment ou que c’était la fatigue.. bref! Je me cherchais des excuses. Mais, revenons à mon décolleté, d’un coup, j’ai eu un trou, gros comme un 10 cents, gluant. C’est apparu comme ça, comme un bouton qui ne t’averti pas avant de sortir. BIM! Trou gluant. Réaction de ma part, AH ! je me suis grattée durant la nuit.. Au fil des semaines, le trou n’a jamais guéri. Il est devenu croûté et noir… du délice pour les yeux.  Mon dermato avait pris sa retraite, les cabinets  dermatologiques étaient débordés, j’en avais pour 2 ans d’attente, par chance, une amie de ma mère, travaillant dans un cabinet, montra la photo de ma dermatite, le surlendemain, je me faisais retirer le mélanome.

Très chanceuse la fille, le cancer ne s’était pas propagé dans mon sang, tout était parti!   CIAO BYE! J’en garde une belle cicatrice en guise de trophée cutané.

Wake up call no 2, je quitte mon emploi au salon, je lance ma première entreprise Maricla-Üde, je me joins à une équipe d’artistes maquilleurs pour une compagnie d’ici, je me promène aux quatre coins du Québec, maquille une tonne de madames, j’adore ça! Plus, je me maquille, plus ma peau devient capricieuse:  Rougeurs, sensation de brûlures, dermatite séborrhéique qui grimpe un peu partout sur mes joues, les yeux qui coulent et des plaques d’eczéma sur les yeux. Constat: Ouiiiiin! Je pense que je vais prendre un p’tit break de maquillage me dis-je.

Étant à cran d’avoir une peau miséreuse et craintive d’avoir un autre trou qui me pousse dans le front, les lectures sur les produits chimiques fusent, plus je m’éduque sur le sujet, plus je suis dégoûtée!  Depuis mon cours en massothérapie, à l’âge de 19 ans, je surf avec l’herboristerie, l’aromathérapie et tout ce qui s’en approche, je décide de  suivre une formation en fabrication de produits cosmétiques naturels…..j’ai détesté l’école, une vraie attrape pour wannabe grano! Par contre, comme la vie est merveilleuse, une copine m’a présenté une copine qui ELLE, une fille fascinante, est devenue ma mentor, HOP dans l’avion, direction Seattle, une semaine de formation privée en fabrication et plusieurs déblatérations sur nos visions du monde des cosmétiques. C’est parti cowboy!

Tout a déboulé rapidement, je lisais, je rêvais à mes concoctions, tout prenait forme et tout s’emboîtait parfaitement avec les autres formations que j’avais reçues dans ma vie. Pour mettre la cerise sur le sunday #dairyfree, au jour de l’an, un ami pharmacien m’a présenté à un chimiste au coeur d’or, qui a voulu faire du pro bono. Il m’a gentillement aiguillé, suggéré des alternatives pour que mes produits soient faits avec précision et qualité. Un cadeau du ciel!

mü est né, la branche soin pour la peau est en place, elle est petite pour le moment, un pas à la fois, de belles choses s’en viennent, soyez curieux, restez à l’affût.

mü, ce n’était pas encore assez, dans le but de vous offrir le meilleur de mes connaissances et surtout pour aider ceux qui  comme moi, se sentent parfois perdus dans ce monde de marketing étourdissant, je vous servirai de guide pour démystifier les étiquettes et  vous guiderai sur des ingrédients sains pour la peau. Un blog pour les curieux du monde des cosmétiques, du naturel, pour ceux qui ont envie de vivre leur cosmétiques autrement ou d’intégrer quelques touches de geste naturel dans leur routine.

Pin It on Pinterest